PIERRE

(Philippe kel Joncquel)

 

C’était l’été, c’était dimanche

Je l’ai marqué d’une pierre blanche

Il était Pierre, au bord de l’eau

Fragile et fier, comme un roseau.

 

Qu’il était beau, dans l’outremer

J’étais là-haut, la passagère

C’était l’été, je l’ai vu faire

Des ricochets, dans ma rivière

 

J'aurais tout donné pour lui plaire

Printemps, étés, automnes, hivers

Refrain :

De toutes les perles et les bijoux offerts

Pour moi c’est clair, c’est Pierre que je préfère

Et sur l’annulaire serti d’une seule pierre

Une trace, un présent solitaire

 

Il était Pierre comme un récif

Il était pierre à l’édifice

Il m’a tendu des bras de mer

Je l’ai reçu contre ma chair

 

Il a roulé sur mes volcans

J’ai sué du feu et du sang

C’était l’été, j’ai laissé faire

Il a posé la première pierre

 

Refrain :

De toutes les perles et les bijoux offerts

Pour moi c’est clair, c’est Pierre que je préfère

Et sur l’annulaire serti d’une seule pierre

Une trace, un présent solitaire

 

J’étais comme un corps animal

Une fleur sur son corps minéral

 

Refrain :

De toutes les perles et les bijoux offerts

Pour moi c’est clair, c’est Pierre que je préfère

Et sur l’annulaire serti d’une seule pierre

Une trace, un présent solitaire

 

C’était l’été, j’ai laissé faire

Il a posé la première pierre