DE PAYSAGE EN PAYSAGE

(Philippe kel Joncquel)

 

De paysage en paysage

Chaque jour on déchire une page

Du carnet où on a tracé

Une route qui nous emmènerait

Voir des miracles en vrai

Mais comme on se cogne aux mirages

De paysage en paysage.

 

Dans les villes où l’on fait naufrage

Les phares nous fardent le visage

Et la route n’est pas idéale

On est loin des cartes postales

Des images d’Epinal

Qu’on colle au temps de l’école

Au temps des symboles

L’horizon perd de son usage

De paysage en paysage.

 

Refrain :

Frère

A faire et à défaire

A regarder si loin derrière

On s’égare

Vers des paradis barbares.

On a rien bâti sur ces terres

Aucun temple aucun sanctuaire

Mais on peut voir

Nos pas sur la neige d’un soir.

 

Tu aurais aimé d’avantage

Qu’on s’assied sur les beaux étages

Comme on se l’était dit mon Frère

Comme on s’était promis de faire

Installé à l’arrière

De la Ford qui nous emmenait

Voir le monde auquel on rêvait

Et on est sorti du virage

De paysage en paysage.

 

Refrain :

 

Un jour la route s’est déchirée

Le long d’une ligne en pointillé

De voyage en voyage

De paysage en paysage.